Canicule et personnes âgées

Sommaire

La canicule est une vague de fortes chaleurs caractérisée par des températures diurnes (en journée) qui dépassent 33°C et des températures nocturnes (de nuit) qui ne descendent pas en dessous de 18 ou 20°C, pendant au moins trois jours consécutifs.

Les personnes âgées sont particulièrement vulnérables face à ce type d'événement. Voyons pourquoi l'âge entre en compte lors des périodes de canicule et comment intervenir pour éviter tout risque.

Quand est-on considéré comme personne âgée ?

Chaque individu, même âgé, reste un être unique qui vieillit selon son propre rythme. C'est pourquoi, la personne âgée peut se définir selon différents critères :

  • Sur un plan social, la personne sera considérée comme âgée dès l'instant où elle devient non productive, inactive. Il y a quelques années en arrière, cette période commençait avec la mise à la retraite. De nos jours, les retraités restent plus longtemps actifs et ainsi ne rentrent pas tout de suite dans la catégorie des personnes âgées.
  • Sur  un plan physiologique, la personne subit des pertes en vieillissant (perte de l'équilibre, perte de souplesse, difficultés d'adaptation, perte de mémoire...). Tant que la personne compense ses pertes, elle n'est pas encore considérée comme une personne âgée.
  • Le critère de l'âge est celui sur lequel se base l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Ainsi toute personne de 60 ans et plus est considérée comme étant une personne âgée.

Vieillissement et canicule : facteurs de risque

Le vieillissement entraîne de nombreuses altérations et ce, au niveau de toutes les grandes fonctions de l'organisme, comme le système nerveux, le système cardiovasculaire, le système digestif, le système locomoteur, le système immunitaire, le système excréteur (élimination des toxines), le système sensoriel et le système respiratoire.

Certaines d'entre elles expliquent plus particulièrement les risques encourus par les personnes âgées en période de canicule :

  • La réduction de la sensation de soif favorise un risque de déshydratation.
  • Il existe un risque accru d'hypotension orthostatique potentialisé par la chaleur.
  • La réduction du goût et de l'odorat entraîne une diminution de l'appétit aggravée en cas de chaleur intense.
  • Il existe une réduction de l'activité des glandes sudoripares (à l'origine de la sueur nécessaire au refroidissement de la peau) et des troubles de la thermorégulation (régulation de la température corporelle en fonction de l'environnement), ce qui explique que la personne soit vulnérable en cas de hausse de température.
  • Le vieillissement favorise l'isolement social.

Bon à savoir : en période de canicule, les personnes âgées de 75 ans et plus représentent plus de la moitié des décès (974 à l'été 2019). Cependant, l’impact relatif le plus important est relevé chez les 65-74 ans (+13 %) et chez les 15-44 ans (+12 %).

Canicule : savoir réagir et adopter les bons gestes

Les personnes âgées, de par leur vieillissement, présentent donc des facteurs de risque, expliquant ainsi leur vulnérabilité lors d'un épisode de canicule.

Certains signes vont devoir interpeller l'entourage car ils seront la preuve que la personne âgée ne parvient plus à s'adapter à la situation et que sa santé est en danger. Ces signes sont représentés par l'apparition de crampes, une fatigue inhabituelle, des maux de tête, une fièvre supérieure à 38°C, des vertiges et nausées voire la tenue de propos incohérents.

Devant l'apparition d'un ou plusieurs de ces signes, il est nécessaire que la personne âgée consulte rapidement un médecin. Durant l'attente d'un avis médical ou pour prévenir ce type de situation, voici les bons gestes à avoir :

  • se vêtir légèrement ;
  • boire régulièrement de l'eau (entre 1,5 et 2 litres par jour) ;
  • se rafraîchir plusieurs fois par jour à l'aide d'un brumisateur (mouillez-vous le corps ou, à défaut, au moins le visage et les avant-bras) et/ou d'un ventilateur voire d'un climatiseur ;
  • manger en quantité suffisante ;
  • éviter les efforts physiques ;
  • évitez de sortir aux heures les plus chaudes ;
  • ne pas boire d'alcool ;
  • maintenir l'habitat au frais en fermant les volets le jour (en fonction du déplacement du soleil) ;
  • se protéger même quand la chaleur est de courte durée ;
  • donner ou prendre régulièrement des nouvelles des proches :
  • consultez régulièrement le site de Météo France (carte actualisée au moins deux fois par jour) pour rester informé de l'évolution de la situation ;
  • se renseigner auprès de son médecin ou de son pharmacien pour s'assurer que les éventuels médicaments consommés quotidiennement ne posent pas de problèmes en cas de forte chaleur. En effet, certains médicaments sont susceptibles d’altérer l’adaptation de l’organisme à la chaleur et peuvent ainsi représenter un risque. C'est par exemple le cas des diurétiques, des bêtabloquants, des neuroleptiques, de l'aspirine ou encore de certains médicaments contre la maladie de Parkinson.

Vous pouvez aussi contacter de 9h à 19h la plateforme téléphonique d’information « Canicule » au 0800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe). Elle répondra à vos questions et pourra vous informer sur les recommandations sanitaires à suivre en période de fortes chaleurs.

Vous pouvez également consulter la carte de vigilance de Météo France. En effet, le plan national canicule (PNC) et le système d’alerte canicule et santé (Sacs) construit par Météo France et Santé publique France permettent d’anticiper les vagues de chaleur et de réduire leurs conséquences en mobilisant tout le pays en cas de chaleur intense (vigilance orange ou rouge).

À noter : à partir de 60 ans ou en situation de handicap, les personnes peuvent bénéficier d'un accompagnement particulier. Il suffit pour cela de prendre contact avec le CCAS (Centre Communal d'Action Sociale) de votre commune ou avec votre mairie.

Ces pros peuvent vous aider